Association de jeunesse et d’éducation populaire, gérée et animée par des jeunes

Accueil > Foi et laïcité > Notre champ d'action

Extraits du texte fondateur du MRJC

(...) "Nous sommes portés par l’idée que la dignité de l'Homme est définie par des droits égaux et inaliénables. Nous voulons défendre que toute personne, quel que soit son âge, son sexe, son origine culturelle, sociale, ethnique, sa religion, ne peut être privée de ces droits. Ils lui sont dus par le fait même de son existence. Ces droits constituent la source du développement intégral de chaque homme et de chaque femme et de l'humanité dans son ensemble : droit au travail, liberté de réunion et d'expression, droit à la justice, droit à la sécurité sociale, droit au repos et aux loisirs, droit à l'éducation ... Ils permettent à chaque homme et chaque femme de s'accomplir dans l'ensemble de sa personne et conduisent à l'émancipation et à la libération de l'être. Or, nous savons aussi que cet idéal pour les hommes et les femmes n’est pas une réalité pour tous, que parfois leur dignité est totalement niée." (...)

(...) "En tant que chrétiens, en tant qu’humanistes, en tant qu’hommes et femmes tout simplement, nous devons nous engager pour changer cela. La dignité n’est pas un idéal politique lointain, elle doit se vivre au quotidien.

Ce refus de l’inacceptable est animé par les valeurs chrétiennes et humanistes que nous portons : le partage, la coopération, la fraternité, la dignité, la justice, l’amour de l’autre et de soi-même. Nous sommes conscients de nos paradoxes, des tensions que nous pouvons porter mais nous souhaitons les mettre en valeur car nous sommes convaincus que c’est ce qui compose  notre richesse et notre unicité. Nous sommes un mouvement chrétien et à la culture catholique. Nous sommes un mouvement chrétien mais regroupons une diversité de croyances et de convictions religieuses. Nous sommes à la fois un mouvement chrétien et laïque. Nous sommes fiers d’être les héritiers d’une longue tradition chrétienne, d’une histoire d’action catholique qui est forte d’engagement. C’est cette vision de l’Église que nous souhaitons défendre. Nous sommes un mouvement géré et animé par des jeunes mais nous croyons en la richesse de nous faire accompagner par des personnes plus âgées et à vivre l’intergénérationnel. Nous sommes un mouvement rural mais nous sommes nombreux à avoir les pieds en ville et le cœur à la campagne. Le monde est fait de pluralités, il en est de même pour nous." (...)

 

 

Extraits du Rapport d'orientations 2014-2021

(...) Le MRJC : Un Mouvement qui se dépêche de ralentir

 « Ne pas agir, c’est ne pas exister. Agir sans s’arrêter, c’est oublier de vivre » - Levinas

Nous sommes convaincus que l’action de transformation sociale est totale quand elle permet l’émancipation à la fois personnelle et collective. Ainsi elle permet la libération de l’Être, c'est-à-dire : la libération de la personne dans son intégralité passant par une lutte contre ce qui conditionne son être et la déshumanise. Pour cela, il est pour nous nécessaire de prendre le temps de donner du sens à notre vie, quelle que soit sa forme, sa mise en œuvre. Nous voulons questionner notre quotidien et nous positionner par rapport au monde qui nous entoure. De plus, notre société a besoin d'espaces et de moments pour prendre du recul, pour redonner du sens aux différents va-et-vient incessants. Elle souffre d'une trop grande mobilité quand celle-ci est synonyme d'activisme, de surabondance et de trop plein. Nous voulons remettre de la lenteur et des repères là où règnent la vitesse et l'instabilité.

 

Se questionner sur notre rapport aux autres

Afin de permettre à chacun de s'épanouir et de s'émanciper, il est primordial de pouvoir échanger sur la personne et l'interdépendance qu'elle a avec le collectif. C‘est pourquoi nous voulons proposer des espaces d’apprentissage de la coopération. Et nous voulons aussi permettre des espaces de réflexions et d’échanges sur l’amitié, la sexualité, la vie affective, l’action collective, … par le biais notamment, de temps de relecture. Prendre du recul sur notre rapport aux autres, c’est aussi à penser dans le quotidien. C’est prendre en compte l’autre au bout du monde mais aussi l’autre qui habite juste à côté de chez soi. Cette réflexion autour de l’altérité permet alors de développer le propre rapport qu’on a envers soi-même.

 

Se questionner sur notre rapport à la spiritualité

Nous voulons permettre à chacun à travers la spiritualité de savoir qui il est, d'où il vient et où il va. Cela permet de faire société autrement en remettant la personne au cœur de toutes choses. Nous proposons une approche collective de la spiritualité, non pas en proposant une façon collective de penser mais en créant des espaces à chacun pour forger sa propre spiritualité. Nous souhaitons proposer des outils et des espaces de réflexions pour vivre et expérimenter des moments spirituels afin d'avancer sur nos chemins de vie quels que soient nos bagages religieux. C’est alors permettre de prendre le temps pour une prise de conscience de nos actes et avancer dans nos réflexions. Nous ne voulons pas cloisonner la spiritualité et la foi chrétienne chacune de leur côté : nous voulons que ces réflexions s’alimentent l’une l’autre et s’enrichissent.

 

Se questionner sur notre rapport à l'Évangile

Nous voulons permettre à ceux qui le souhaitent de vivre et de découvrir le message de l'Évangile, qui est pour nous un message d'Amour et de partage qui permet de donner des clés de lecture du monde. Nous voulons avoir des espaces pour douter et nous questionner car nous ne voulons pas aborder la foi comme une vérité ascendante et figée. Nous voulons prendre le temps de vivre notre foi (en camp, au quotidien), nous voulons croire (être porteurs d'optimisme et d'espérance), nous voulons célébrer. Nous ne voulons pas imposer une manière de penser mais nous voulons vivre l'ouverture et le dialogue pour nous faire grandir les uns les autres. Nous nous permettons ainsi de mieux comprendre l'autre et à mettre des mots sur ce qu'il vit, qu'elle que soit ses croyances, ses convictions, sa religion.

 

Pour nous, cette prise de recul se vit par l'outil de relecture. Celle-ci qu'elle soit chrétienne ou non, se vit de façon personnelle et collective. Elle est pour nous un outil clé pour la prise de recul et pour nous permettre de poser du sens. Elle nous permet de faire le bilan de ce qui s'est vécu et de voir les étroites relations entre les différentes composantes de la libération de la personne.

 

Action régionale

Agriculture

Avec nos partenaires

Avec notre réseau

Chantier

Débat

Démocratie

Développement durable

Dons

Ecologie

Economie

Economie sociale et solidaire

Education

Éducation populaire

Emploi

Foi et laïcité

Formation

Interculturel

International

Manifestation

Mobilité

Monde rural

National

Politique

Projet local

Séjour

06:53:49